Accueil InformationSystème financier Pourquoi les taux d’intérêt des cartes de crédit sont-ils si élevés ?

Pourquoi les taux d’intérêt des cartes de crédit sont-ils si élevés ?

par Sylvain Lapointe
0 commentaire

J’ai lu un article intéressant récemment écrit par Ben Carlson[1] concernant les taux d’intérêt des cartes de crédit aux États-Unis, mais ce qui est mentionné dans cet article est valable pour le Canada également. Voici le contenu de cet article :

Le marché haussier des obligations aux États-Unis se termine après 40 ans. C’est 40 ans de baisse des rendements des obligations du gouvernement. Au moment où nous écrivons ces lignes, les bons du Trésor ont un rendement maximum de moins de 1,5 % (échéance de 30 ans) et un rendement minimum de moins de 0,2 % (bons du Trésor à 3 mois).

La Fed (Réserve fédérale des États-Unis) a déjà promis de maintenir les taux d’intérêt à court terme à 0 % jusqu’en 2022 au moins.

Les rendements du Trésor servent de référence et ont des répercussions sur les taux d’emprunt des consommateurs.

Les rendements hypothécaires continuent d’atteindre des niveaux historiquement bas pour cette raison :

Les taux des prêts automobiles sont un peu plus élevés, mais beaucoup plus bas qu’ils ne l’ont été historiquement :

En gros, tous les taux d’intérêt auxquels vous pouvez penser ont baissé, à l’exception de ceux des cartes de crédit :

Il y a eu quelques légères baisses au fil du temps, mais les taux d’emprunt par carte de crédit restent fermement ancrés à des niveaux élevés. Et alors que les taux d’intérêt ont baissé partout dans le monde ces dernières années, les taux d’emprunt par carte de crédit ont augmenté.

Il existe plusieurs raisons pour lesquelles les taux des cartes de crédit sont si élevés :

– Les normes de prêt sont beaucoup moins strictes pour les cartes de crédit.

– Les prêts ne sont pas garantis.

– Les consommateurs ont tout pouvoir en ce qui concerne le moment et la manière d’utiliser le crédit qui leur est accordé.

– Le risque de défaillance des cartes de crédit est plus élevé que celui des autres prêts.

Je comprends toutes ces raisons et le fait que la dette soit non garantie est celle qui a le plus de sens. Mais cela ne dit pas tout. D’une part, les taux de défaillance des prêts sur cartes de crédit ont en fait beaucoup diminué ces dernières années, les consommateurs ayant redressé leur bilan à la suite de la crise financière :

D’autre part, les taux des cartes de crédit restent aussi élevés à cause d’une inertie bien ancrée. Les banques ont toujours offert des taux élevés sur les cartes de crédit, c’est donc ce qu’elles ont continué à faire. Parce que c’est ainsi que nous avons toujours procédé, c’est une raison aussi valable que les autres lorsqu’il s’agit d’idées bien ancrées.

Étonnamment, dans les premiers temps de l’activité bancaire, les banques étaient réticentes à offrir beaucoup de crédits à la consommation parce qu’elles savaient que cela pouvait être dangereux et voulaient protéger les gens contre un péril financier.

La montée de la classe moyenne dans les années 1950 a fait disparaître assez rapidement cette notion lorsque les gens ont décidé de dépenser de l’argent qu’ils n’avaient pas encore. De 1958 à 1990, il n’y a pas eu une seule année où l’encours de la dette des consommateurs n’a pas été plus élevé que celle de l’année précédente.

La croissance de l’utilisation des cartes de crédit en est la raison principale.

Bank of America a été la première grande banque à comprendre ce changement dans les habitudes de dépenses des consommateurs. Après avoir constaté une augmentation de 700 % des prêts de consommations après la Seconde Guerre mondiale, elle a commencé à tester la BankAmericard.

L’initiative BankAmericard a été mise en œuvre par un homme du nom de Joseph Williams, qui a eu l’idée de fixer les taux d’intérêt des cartes de crédit en examinant les versions précédentes des différentes sociétés. Joe Nocera explique comment cela a fonctionné dans son livre « A Piece of the Action[2] » :

Williams avait des amis chez Sears et Mobil Oil, et ces amis permettaient secrètement à son équipe d’observer leurs opérations de crédit. De ces dernières recherches sont d’ailleurs nées un certain nombre de caractéristiques standards des cartes de crédit, caractéristiques qui sont restées remarquablement inchangées à ce jour. L’idée d’un délai de grâce d’un mois, une période pendant laquelle les clients pouvaient rembourser leurs soldes sans avoir à payer de frais d’intérêt, est née de cette recherche, tout comme l’idée de faire payer 18 % par an sur les prêts par carte de crédit — un chiffre qui serait apparemment gravé dans le marbre pour les trente prochaines années, même si toutes les autres formes de taux d’intérêt fluctuaient fortement. Il n’y avait pas de magie noire en jeu : La banque a simplement supposé que si un délai de grâce d’un mois et des frais d’intérêt mensuels d’un pour cent et demi (ce qui équivaut à 18 pour cent par an) étaient suffisants pour Sears, avec ses cinquante ans d’expérience dans le domaine du crédit, alors c’était suffisant pour la Bank of America.

Cette carte a été envoyée par la poste à des personnes de tout le pays en représentant ce qui était essentiellement la première carte de crédit à la consommation produite en masse. Et Bank of America a fixé son taux en fonction des conditions de crédit que Sears avait appliquées dans le passé.

L’une des raisons pour lesquelles ces taux élevés sont restés inchangés est que M. Williams a sous-estimé la volonté ou la capacité des consommateurs à rembourser leur solde chaque mois. Il a d’abord supposé que seuls 4 % des utilisateurs de cartes prendraient du retard sur leurs paiements.

Le taux de délinquance réel dans ce premier lot de cartes a été de 22 %. La banque ne s’est pas donné la peine de créer un service de recouvrement parce qu’elle était convaincue qu’elle n’aurait pas à se soucier du recouvrement de ses prêts. Elle n’a pas non plus prévu de mesures dans l’éventualité de fraudes, qui se sont immédiatement multipliées.

En agissant de la sorte, Bank of America a perdu près de 20 millions de dollars au cours de la première année ou presque d’utilisation de cartes de crédit à grande échelle, qui représentait de l’argent réel dans les années 1950. Williams, l’architecte de la BankAmericard, a démissionné peu après que ces pertes se sont matérialisées.

Mais alors une chose amusante s’est produite.

L’utilisation des cartes de crédit a explosé. Les consommateurs se sont sentis de plus en plus à l’aise pour s’endetter, et la division des cartes de crédit de Bank of America est rapidement devenue rentable, récoltant près de 13 millions de dollars 10 ans plus tard.

L’encours total des dettes de cartes de crédit aux États-Unis est maintenant proche de 1 000 milliards de dollars. En cette nouvelle saison de Against the Rules, Michael Lewis estime que les sociétés de cartes de crédit gagnent environ 100 milliards de dollars par an grâce aux frais de retard et aux intérêts.

C’est une assez bonne affaire. Et les affaires sont si bonnes grâce aux autres frais payés par les vendeurs que les cartes de crédit peuvent offrir des incitations à ceux qui ne paient même pas de frais d’intérêt sous la forme de points de récompense comme des montants d’argent en espèces, des voyages, des achats, etc.

De nombreux décideurs politiques tentent de trouver des moyens de faciliter la vie des gens sur le plan financier alors que nous traversons cette crise.

Une façon d’alléger la pression financière sur un certain nombre de consommateurs pourrait être de trouver un moyen d’abaisser les taux d’intérêt des cartes de crédit à des niveaux plus raisonnables.

Est-il logique que ces taux soient plus élevés que ceux des autres formes d’emprunt ?

Absolument.

Est-il logique que ces taux n’aient pas bougé du tout, même face à la baisse des taux ailleurs ?

Je ne le pense pas.


[1] Ben Carlson, Why Are Credit Card Interest Rates So High? https://awealthofcommonsense.com/2020/06/why-are-credit-card-interest-rates-so-high/, 23 juin 2020

[2] Joseph Nocera, A Piece of the Action: How the Middle Class Joined the Money Class, Simon & Schuster Paperbacks, New York, 1994.

Les renseignements contenus dans ce présent article ont été préparés par Sylvain Lapointe, un conseiller en placement inscrit auprès de Valeurs Mobilières PEAK inc. ; ils ont été obtenus de sources que nous croyons fiables, mais ne sont pas garantis et pourraient être incomplets. L’auteur ne se tient pas responsable des décisions financières des lecteurs suite à cette lecture. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de Valeurs Mobilières PEAK inc.  Valeurs Mobilières PEAK est membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Vous aimerez peut-être aussi