Accueil InformationÉconomie Crise COVID-19

Crise COVID-19

par Sylvain Lapointe
0 commentaire

Après 11 ans de cycle haussier, il fallait éventuellement s’y attendre, nous sommes entrées officiellement en période de correction boursière mercredi le 11 mars 2020.

La guerre pétrolière entre l’Arabie Saoudite et la Russie et le Corona Virus ont contribué à ce repli et aux fluctuations extrêmes. 

Il ne faut surtout pas céder à la panique durant une période volatile.  Si votre portefeuille respecte bien votre profil d’investisseur, les baisses seront peut-être déplaisantes, mais tolérables.  C’est la raison pour laquelle lors de chaque révision je m’assurer que vos investissements répondent à votre profile, car une fois la chute débutée, il n’est plus le temps de réduire le risque de votre portefeuille.  Au minimum il faut conserver le statu quo et au mieux, pour ceux qui peuvent se le permettre, de profiter de la situation et augmenter temporairement et stratégiquement la pondération en action de son portefeuille et acheter de bonnes compagnies qui se transige à des multiples intéressants et qui éventuellement vont retrouver leurs valeurs intrinsèques.  Beaucoup d’investisseurs me demandent quand nous allons atteindre le creux afin de pouvoir investir davantage.  Malheureusement, personne ne peut le prédire, cependant ce que je peux vous dire, c’est qu’aux prix que certaines compagnies se transigent actuellement, elles recèlent de très bonnes occasions.

La crise actuelle va toucher certains secteurs et pays plus durement que d’autres et c’est l’essence même de l’importance que procure la diversification d’un portefeuille.  J’irai même plus loin, certaines compagnies tireront profit de la situation actuelle.  On a qu’à penser entre autres aux compagnies de fournitures médicales, ceux qui fournissent les outils de vidéoconférence, les sites d’achats en ligne, la compagnie pharmaceutique qui saura confectionner le fameux vaccin, etc.  

Pour moi, ce qui est plus inquiétant à long terme n’est pas tant le marché boursier, que le marché obligataire.  Ce marché a connu des performances insensées au cours de la dernière année, considérant le niveau de départ des taux d’intérêt.  Avec les cours actuels et les faibles taux d’intérêt, on ne peut espérer grand-chose de cette classe d’actif pour les 10 années à venir.  La Réserve fédérale américaine a même procédé mercredi dernier à une baisse surprise de 50 points de base de son taux directeur dans le but de stimuler l’économie.  Les taux de rendement moyens pour des obligations 10 ans est en dessous de 1 % présentement.  Les gens retraités, investisseurs très conservateurs et fonds de pension vont devoir revoir leurs projections de revenus avec ce contexte économique.

Les gens qui vont profiter de cette situation sont les emprunteurs.  Les taux d’emprunt hypothécaire sont très bas et risquent de baisser à nouveau.  Si vous êtes sur le point de renouveler votre taux hypothécaire, vous risquez d’avoir de belles surprises.

Le Japon a annoncé en 2016 qu’elle introduisait des taux d’intérêt négatifs.  Il n’était pas le premier à le faire, car la Suisse, le Danemark et la Suède avaient déjà subi se sort.  Il était difficile d’imaginer l’impact d’une telle mesure : payer un intérêt afin de conserver son argent dans un compte épargne!  Quelques économistes évoquent maintenant la possibilité que la prochaine récession puisse plonger les États-Unis et peut-être le Canada dans une spirale de taux négatifs.

Il est clair que les prochaines années apporteront leurs lots de défis et que la conception d’un portefeuille standard devra être revue.  Je serai disponible pour vous guider et vous conseiller afin de tirer profit de ce nouvel environnement économique. 

Les renseignements contenus dans ce présent article ont été préparés par Sylvain Lapointe, un conseiller en placement inscrit auprès de Valeurs Mobilières PEAK inc. ; ils ont été obtenus de sources que nous croyons fiables, mais ne sont pas garantis et pourraient être incomplets. L’auteur ne se tient pas responsable des décisions financières des lecteurs suite à cette lecture. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de Valeurs Mobilières PEAK inc.  Valeurs Mobilières PEAK est membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Vous aimerez peut-être aussi