Accueil Information L’argent fait-il le bonheur ? 2e partie

L’argent fait-il le bonheur ? 2e partie

par Sylvain Lapointe
0 commentaire

Cruise

Nous avons déjà entamé le sujet dans ma dernière lettre financière. Pour ceux et celles qui la reçoivent  pour la première fois, je vous invite à visiter mon blogue afin de prendre connaissance de l’entrée en matière du sujet.  Voici le lien : www.focussf.ca.

Poursuivons maintenant avec les autres principes du bonheur et de l’argent.

Principe 4: Achetez moins de plans de protection

Je passe rapidement sur ce point, car je crois qu’il est un peu tiré par les cheveux. Nous pouvons débattre longtemps si les plans de garanties prolongées sont utiles ou non, mais le lien entre le bonheur et ces offres n’est pas clair à mes yeux.

En somme, les gens cherchent des politiques de retour et de garantie prolongée afin de se prémunir contre une possibilité de regret futur. Toutefois les recherches tentent à démontrer que ces protections sont souvent inutiles d’un point de vue « bonheur » et peuvent même y porter atteinte.

Principe 5: Payer maintenant et consommer plus tard

Plusieurs commerçants et compagnies de carte de crédit nous permettent d’acheter maintenant et de payer plus tard, ce faisant, les consommateurs ont la possibilité de satisfaire leurs désirs plus rapidement que jamais. Cette évolution vers la jouissance immédiate et le paiement différé représente un changement fondamental de notre système économique qui mine notre bien-être de deux façons importantes.

La première et la plus évidente est que ce comportement conduit les gens vers des gestes impulsifs qui favorisent l’accumulation de dettes, et réduit de beaucoup l’épargne pour la retraite, etc. En fin de compte, les gens accumulent d’énormes dettes et par le fait même crée une énorme pression sur l’équilibre familial.

La deuxième raison est que ce stratagème élimine toute l’anticipation du processus d’achat qui s’avère être une source de bonheur importante. Les recherches démontrent que les consommateurs peuvent éprouver un certain bonheur à l’anticipation d’un évènement même si celui-ci n’est pas entièrement agréable. L’examen de trois séjours différents, allant d’un voyage en Europe à un voyage à vélo à travers la Californie, a démontré que les gens voyaient les vacances plus positivement avant l’expérience que pendant cette dernière. L’anticipation peut parfois offrir encore plus de plaisir que l’évènement lui-même simplement parce qu’il n’est pas terni par la réalité.

Il n’est pas surprenant, alors, que les gens qui consacrent du temps à anticiper des expériences agréables déclarent être plus heureux en général.

Principe 6: Pensez à ce que vous ne pensez pas

Selon un récent sondage, une majorité de Canadiens adultes rêve de posséder un chalet, de préférence au bord d’un lac, recherchant quiétude, paix et bonheur. Ce sont toutes des caractéristiques qui nous viennent en tête lorsque l’on pense à un chalet.  Cependant, si nous analysons le tout sous un spectre plus large,  il y a beaucoup d’autres aspects qui sont susceptibles d’influencer le bonheur des propriétaires, par exemple des moustiques qui bourdonnent à l’extérieur, des bris majeurs et soudains de plomberie, etc … Notre imagination tente de faire disparaître ces désagréments.

Ce phénomène résulte d’une propriété particulière de l’imagination: plus loin une expérience réside dans le temps, plus abstraites seront nos pensées. Ce contrôle est important, parce que le bonheur réside souvent dans les détails. En un jour donné, l’expérience affective est largement façonnée par les caractéristiques temporelles de la situation actuelle – comme vivre une situation difficile avec un client au travail ou partager un dîner entre amis – plutôt que par des circonstances de vie plus stables (par exemple, avoir une sécurité d’emploi élevée ou être marié.) Au fil du temps, la détresse psychologique est mieux prédite par les tracas et le quotidien que par les grands événements de la vie. Ainsi, dans la réflexion sur la façon de dépenser notre argent, il est intéressant de considérer comment les achats auront une incidence sur la façon dont nous dépensons notre temps.

Principe 7: Méfiez-vous des comparaisons de prix

La comparaison de prix offre des avantages évidents, mais des recherches récentes suggèrent qu’elle peut cacher un coût: en modifiant le contexte psychologique dans lequel les décisions sont prises, les achats par comparaison peuvent éloigner les consommateurs des attributs d’un produit qui sont importants pour leur bonheur.

Il est facile d’appliquer cette théorie au marché de l’immobilier. Avant d’acheter une maison, les gens fréquentent généralement des dizaines de maisons et analysent les fiches techniques pour plus d’informations sur les fonctionnalités de chacune des propriétés. Grâce à ce processus de comparaison de prix, les caractéristiques qui distinguent une maison d’une autre, peuvent venir peser lourd dans le processus décisionnel, tandis que leurs similitudes s’atténuent. En conséquence, les acheteurs pourraient surestimer les agréments de vivre dans une grande et belle maison par rapport à une maison plus modeste, les amenant à prendre un prêt plus important que ce qu’ils peuvent vraiment se permettre et potentiellement semer les graines d’un problème financier.

En conclusion

Lorsqu’on demande aux gens bien nantis de faire le bilan de leur vie, ils rapportent être plus heureux. Mais quand on leur demande de qualifier leur bonheur à un moment précis, leur niveau de bonheur diffère à peine des autres personnes. Cela permet de penser que notre argent nous donne satisfaction quand on y pense, mais pas quand on l’utilise. Pourtant ça ne devrait pas être le cas. En fin de compte, l’argent peut nous rendre heureux mais s’il ne le fait pas, nous sommes les seuls à blâmer !

Les renseignements contenus dans ce présent article ont été préparés par Sylvain Lapointe, un conseiller en placement inscrit auprès de Valeurs Mobilières PEAK inc. ; ils ont été obtenus de sources que nous croyons fiables, mais ne sont pas garantis et pourraient être incomplets.  L’auteur ne se tient pas responsable des décisions financières des lecteurs suite à cette lecture. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de Valeurs Mobilières PEAK inc.  Valeurs Mobilières PEAK est membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Vous aimerez peut-être aussi