Accueil Information Doit-on s’inquiéter que le marché atteigne des sommets historiques ?

Doit-on s’inquiéter que le marché atteigne des sommets historiques ?

par Sylvain Lapointe
0 commentaire

J’ai lu récemment un article intéressant dans le magazine Fortune[1]. Il faisait référence aux sommets du marché boursier et au fait que les investisseurs craignent aux baisses pouvant succéder aux hausses.

Beaucoup d’investisseurs ont de la difficulté à comprendre les hausses du marché boursier en dépit des guerres commerciales et des audiences de destitution aux États-Unis. L’explication la plus simple est probablement que les nouveaux sommets atteints par le marché boursier sont généralement supplantés par des sommets ultérieurs, sans égard aux considérations géopolitiques.

En 2019, l’indice S&P a déjà atteint 26 fois des sommets inégalés alors que l’année n’est pas encore terminée. Cela fait suite à 18 sommets historiques en 2018, 62 en 2017, 18 en 2016, 10 en 2015, 53 en 2014 et 45 en 2013. En raison de la crise financière, l’année 2013 fut la première où l’indice S&P a atteint de nouveaux sommets depuis ceux de 2007.

L’un des aspects les plus difficiles de l’investissement dans le marché boursier est le fait qu’il y a toujours quelque chose à craindre. Cela est vrai même lorsque les choses vont bien, comme c’est le cas aujourd’hui avec des marchés qui atteignent ou approchent des sommets inégalés, selon les jours.

Environ 5 % de tous les jours de bourse aux États-Unis ont connu un nouveau sommet sans précédent depuis 1928 et il en va probablement de même au Canada. On peut voir les choses de deux façons : (1) les sommets historiques sont tout à fait normaux sur le marché boursier puisqu’ils se produisent 1 jour sur 20 tout au long de l’histoire ; (2) si 5 % de tous les jours de bourse se terminent par des sommets historiques, cela signifie que les 95 % restants sont marqués par des conditions de rabattements.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, le marché boursier est demeuré près de 40 % du temps à moins de 5 % des sommets historiques, alors que 54 % du temps, les actions ont clôturé à 10 % ou moins d’un sommet historique. L’inverse de cette situation signifierait que près de la moitié du temps, les actions subissent une dévaluation à deux chiffres tout au long de l’histoire. Cela s’explique en partie par le fait que de longues périodes peuvent s’écouler avant que les actions atteignent de nouveaux sommets.

Voici les nombres de sommets historiques par décennie de l’indice S&P 500 jusqu’au 1er décembre 2019 :

S&P 500 Nouveaux sommets historiques

Décennie


  • 1950s
  • 1960s
  • 1970s
  • 1980s
  • 1990s
  • 2000s
  • 2010s

 

Nouveaux sommets historiques


  • 141
  • 224
  • 35
  • 190
  • 310
  • 13
  • 232

Lorsqu’il s’agit de faire face à des sommets historiques sur le marché boursier, le problème auquel font face les investisseurs est double. Tout d’abord, les nouveaux sommets historiques ont tendance à s’enchaîner, car de bonnes performances engendrent souvent davantage de bons rendements boursiers. Les marchés à la hausse attirent les acheteurs parce que les investisseurs sont des êtres humains. Mais un jour ou l’autre, l’un de ces sommets historiques sera LE plus élevé jamais vu  et durera pendant un certain temps. Ces longues séries de sommets peuvent être suivies de périodes semblables aux années 1970 ou 2000 où les actions atteignaient rarement de nouveaux sommets parce qu’elles étaient affectées par de nombreux marchés baissiers.

Par conséquent, d’un côté, n’ayez pas peur des sommets records. Si vous avez l’intention d’investir à long terme dans le marché boursier, vous devrez vous habituer au fait que les actions ont surtout tendance à monter avec le temps et que l’atteinte de nouveaux sommets est tout à fait normale. En fait, après avoir atteint un sommet historique, les actions demeurent en hausse dans environ 70 % des cas au cours de l’année, des trois années et des cinq années qui suivent.

D’un autre côté, le fait que tout au long de l’histoire un nouveau sommet inégalé est atteint 1 jour sur 20, tient au fait que ce n’est pas une donnée fiable. Un jour ou l’autre, l’un de ces sommets finira par être le plus élevé. Sachez simplement qu’il y a tellement de sommets sur le marché qu’il est impossible de prédire avec un degré de certitude absolu lequel ce sera.

[1] Fortune, Ben Carlson, 14 novembre 2019

Les renseignements contenus dans ce présent article ont été préparés par Sylvain Lapointe, un conseiller en placement inscrit auprès de Valeurs Mobilières PEAK inc. ; ils ont été obtenus de sources que nous croyons fiables, mais ne sont pas garantis et pourraient être incomplets. L’auteur ne se tient pas responsable des décisions financières des lecteurs suite à cette lecture. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de Valeurs Mobilières PEAK inc.  Valeurs Mobilières PEAK est membre du Fonds canadien de protection des épargnants.

Vous aimerez peut-être aussi